C'était une belle journée d'été, Eléna et Eléanore se promenaient au marché sur la place du village.

« - Eléna, regarde ce joli tissu! s'exclama Eléanore.

- Lequel ?celui avec des fleurs brodées?

- Non celui-là, le bleu .

- Oui, tu as raison. Prends-en un peu pour nous confectionner une robe. »

Elles avancèrent toutes deux jusqu'à l'étalage d'un vieux bonhomme à l'air assez gentil.

« - Bonjour monsieur, je voudrais quinze mètres de ce tissu bleu. »

Le vieil homme avança jusque dans la charrette et sortit un tissu rouge avec des dentelles noires sur le long de la robe.

« Tenez mademoiselle, cela va mieux avec vos yeux et votre teint. »

Vexée Eléna, s'en alla au château laissant sa soeur Eléanore seule sur le marché .

Soudain Eléanore aperçut un drôle de combat. Elle s'approcha d'un pas lent et discret pour mieux voir ce qui se passait. Soudain elle eut la sensation glacée et terrifiante d'une vieille main ridée et rugueuse. Elle se retourna d'un bond mais n'eut pas de temps de voir le visage de son kidnappeur, elle cria de toute ses forces au secours mais ça ne servit à rien, juste à la fatiguer en peu plus.

Ils l'emmenèrent dans une vieille charrette en bois pleine de foin. Ils passèrent dans une forêt dense avant de l'emmener dans une grotte noire et humide. A travers le sac qu'on lui avait mis sur la tête, elle distinguait une autre silhouette de femme. On lui enleva le sac qu'on lui avait mis sur la tête et elle se rendit compte que cette silhouette était celle de sa soeur. Sa première réaction  fut de se jeter dans ses bras. Les deux soeurs s'enlacèrent puis se  racontèrent comment elles s'étaient fait enlever.

Elles regardèrent les hommes

Il y en avait un petit gros et chauve qui avait l'air sévère. Un chevalier très laid et très méchant. Elles reconnurent que c'était un chevalier grâce à son armure et à ses armes. Les trois hommes s'en allèrent après avoir bouché l'entrée en y déposant un énorme rocher. Les deux soeurs n'y voyaient rien, donc elles essayèrent de bouger le rocher mais malgré tous leurs efforts, elles ne firent que s'épuiser car elles n'arrivaient pas à l'enlever. Elles crièrent de toutes leurs forces et un chevalier les entendit et  il vint les délivrer.